Lydia Ko, jeune prodige et déjà légende du golf féminin

Lydia Ko est née le 24 avril 1997. Elle a remporté l’Evian Championship en 2015 alors qu’elle n’avait que 18 ans. En 2014, le célèbre magazine Time l’a intégrée à son classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Un article publié sur CNN Sport nous a donnés envie d’évoquer cette championne.

lydia Ko

Un palmarès déjà bien fourni

Lydia Ko a remporté son premier tournoi professionnel de golf à 14 ans, à l’âge ou la plupart d’entre nous passe le brevet des collèges. A 17 ans, elle récupère la place de numéro 1 mondial, performance d’autant plus exceptionnelle quand on la met en parallèle avec celle de Tiger Woods qui a accédé à la première place du classement à 21 ans. On pourra toujours discuter de la densité de niveau plus élevée du circuit masculin mais il n’en demeure pas moins que Lydia Ko est une championne et une athlète hors normes. La joueuse néo-zélandaise a aujourd’hui 21 ans et l’armoire à trophées la plus impressionnante du golf féminin.

Une phase difficile

Le plus dur dans une carrière de sportif de haut niveau est de savoir gérer les périodes de succès et d’échec : savoir rebondir après un échec, garder l’envie et se remettre en question quand on a déjà tout gagné.

Lydia Ko a réussi l’exploit (encore un) d’occuper la place de numéro un mondial pendant 85 semaines d’affilée (104 au total) alors qu’elle n’était qu’une adolescente. Pourtant, elle n’a pas réussi à gagner le moindre tournoi sur l’ensemble de la saison 2017. Faut-il pour autant remettre en cause tous ses accomplissements et condamner la suite de sa carrière ?

La réponse est évidemment négative. Les explications à cette baisse des résultats sont multiples. En premier lieu, il y a certainement une part de lassitude mentale. Quand vous avez battu tous les records de performances et de précocité, il faut savoir définir de nouveaux objectifs qui soient suffisamment motivants. En second lieu, il est tout simplement d’être au top en permanence. Elle le reconnaît elle-même « On ne peut pas me comparer à Cristiano Ronaldo et Lionel Messi ».

Une question de confiance

Durant cet entretien avec CNN Sport, Lydia Ko a prononcé le mot « confiance » 11 fois en 25 minutes. Il s’agit du « 15e club du chariot […] presque le plus important ». La maturité dont elle fait preuve est assez incroyable. Selon elle, et nous trouvons ses paroles très pertinentes, le talent et la technique n’évoluent pas tellement pendant la saison de golf, alors que la confiance n’est pas régulière. C’est la confiance qui permet de créer une lancée, un cercle vertueux et d’enchainer les victoires.

La résilience : la marques des grands champions

Quel soulagement et quelle fierté a-t-elle du ressentir en avril en remportant en avril dernier les Mediheal Championship, sa première victoire en LPGA Tour en près de deux ans. A l’endroit même où elle avait gagné son premier tournoi du LPGA Tour, elle a mis fin à 43 compétitions sans la moindre victoire au rang de 18ème joueuse mondiale.

« Je n’ai jamais ressenti autant d’émotions sur un terrain de golf » a déclaré celle à qui on reproche un entourage familial trop présent. Il s’agit de son choix personnel et il est tout à fait respectable. Elle affirme en avoir besoin pour garder les pieds sur terre et pour rester attachée à ses racines. Cette stabilité lui permet de ne pas s’affoler quand les résultats ne suivent pas et, à l’inverse de ne pas s’enflammer quand elle remporte une compétition de golf. Après tout, cela a fonctionné. Elle a réussi à garder la tête sur les épaules en 2014 en étant, à 17 ans, citée parmi les 100 personnes les plus ifnluentes de la planète par le magazine Time aux cotés de 4 autres athlètes seulement (Cristiano Ronaldo, Serena Williams, Richard Sherman et Jason Collins).

Maturité et remise en question

D’autres légendes du golf ont été amenées à donner leur avis sur Lydia Ko. Et c’est peu dire d’affirmer qu’elle fait l’unanimité. Plus que son talent, c’est son humilité et le recul qu’elle parvient à prendre sur sa carrière qui reviennent le plus souvent. Comme quand elle évoque son statut de joueuse à abattre. « Être la n°1 ne signifie pas que vous allez remporter toutes les compétitions auxquelles vous participez ».  On ne vous pardonne pas le moindre faux-pas. Une erreur et on annonce votre chute.

On ne pourra pas l’accuser d’autosatisfaction. Elle a régulièrement changé de coach et de caddie pour élargir sa panoplie et découvrir de nouvelles méthodes de travail. Elle a notamment fait appel au très clivant David Leadbetter qui a notamment coaché Nick Faldo dans les années 1980.

Aug 23, 2015; Coquitlam, British Columbia, CAN; Lydia Ko kisses the CP Women's open trophy during the fourth round at Vancouver Golf Club. Mandatory Credit: Anne-Marie Sorvin-USA TODAY Sports

Lydia Ko est une grande athlète et une immense championne de golf, cela ne fait aucun doute. Elle reste une jeune femme en proie aux épreuves de la vie, aux difficultés et aux coups de moins bien. De nombreux athlètes sont passés de la gloire au chaos avant de revenir à la gloire. Tiger Woods est en train de reproduire des performances de haut niveau. En natation, Anthony Ervin a remporté l’or olympique en 50m nage libre à Sydney avant de sombrer dans la consommation de drogues et les tentatives de suicide. 16 ans plus tard, il remporte à nouveau l’or olympique aux Jeux de Rio. Les grands champions ne meurent jamais et Lydia Ko est de leur trempe.

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire